L’évolution de Link (Et de la série) à travers les épisodes de la saga.

Vous voilà averti, cet article parlera, (en grand fan de la série que je suis) de notre elfe a tunique verte préféré, j’ai nommé Link

Evolution de Link

Pour les incultes (Prière de vous montrer, je me permettrai de vous indiquer la direction du bûcher !), je vais quand même vous faire une petite présentation du personnage.

Link est un elfe (Oui, l’humanoïde avec les grandes oreilles pointues !) et évolue dans un pays fictif nommé Hyrule. Il doit son existence à Shigeru Miyamoto. Voila pour la présentation rapide (Oui, très rapide.)

Je ne vais pas détailler ses caractéristiques phyisiques dans cet article, je vais plutot vous parler des jeux dans lesquels il a fait son apparition en tant que personnage principal (Je ne pense donc pas aborder des jeux tels que SSB:Melee ou Brawl). Vous êtes prêts ? Commençons !

Pour l’histoire, Shigeru Miyamoto a travaillé sur le personnage de Link en même temps qu’il bossait sur le jeu de Mario. Il voulait un jeu autre avec un autre type de gameplay, différents du scrolling de Mario (Gauche -> Droite). Il voulait offrir aux joueurs une sensation de liberté dans les déplacements du personnage et c’est a partir de la qu’il a commencé à réfléchir à Link, et à l’univers dans lequel il évoluerait.

C’est donc en 1986, que sortit le premier « The Legend of Zelda » sur NES-8Bits. Le petit succès rencontré lors de la première année de production a poussé les developpeurs à sortir la suite, et c’est ainsi qu’en 1987, « The Adventure of Link » apparaît sur la même console, c’est ainsi que l’aventure continue …

4 ans après (En 1991 donc.), la série se poursuit et nous emmène avant les deux premiers épisodes sortis sur NES. C’est donc « The Legend of Zelda : A link to the past » qui nous est proposé sur Super Nintendo (SNES-16 Bits) et Game Boy Advance (Bien plus tard…). Pour suivre l’aventure de cet épisode, Nintendo sort « Link’s Awakening« , en 1993. La version DX (en couleur) est proposé plus tard. L’épisode est disponible sur Game Boy.

Après 5 ans d’absence, notre petit elfe à tunique verte refait son apparition dans un épisode inédit nommé « Ocarina of Time« . Première apparition sur la console 64 Bits (Nintendo 64, ça alors !) de Link. Soyons clair, cet épisode est complètement différent des autres. Pour commencer, c’est le premier épisode a proposer des déplacement dans un univers ENTIÈREMENT en 3Dimensions. Inutile de préciser l’engouement qu’a suscité cet épisode auprès des fans de la série. Mais ce n’est pas tout, dans cet épisode, nous faisons pour la première fois la rencontre d’Epona, vous savez, la belle jument de Link. Celle-ci permet donc aux joueurs de se déplacer, de faire des courses et autres joyeusetés.

Pour fêter le nouveau millénaire, le monde a connu « Majora’s Mask« . Au risque de paraître insultant, je n’ai jamais touché à ce jeu, cette histoire de jouer Link sans vraiment jouer Link à travers ses différents masques m’a rebuté à l’annonce du jeu. Je ne pourrai donc rien dire sur ce jeu …

En 2001, deux Zeldas pour le prix d’un (C’est le cas de le dire !) font leur apparition sur GameBoy Color. C’est donc « Oracles of Ages (Version Bleue) » et « Oracle of Seasons (Version Rouge) que nous avons le plaisir de déballer. Chacun racontant deux histoires légèrement différentes (Mais dans le principe semblables …). A savoir qu’une fois les deux jeux finis, en rentrant un code obtenu a la fin d’un de ces deux jeux, on obtient un dernier combat contre le boss ultime (Ganon donc.).

Nous rentrons enfin dans mon ère de connaissance. Le premier Zelda qui me fût offert sur console de salon fût « The Wind Waker » sur Gamecube en 2003. L’épisode a d’abord rebuté du fait qu’il arborait des graphismes typés « cell-shading » (Très coloré, cartoon/manga, gros yeux, etc.), mais après y avoir joué, je peux vous assurer que le jeu est une énorme claque (Je l’ai jamais fini d’ailleurs, honte à moi…). Pour parler, c’est le seul jeu ayant obtenu la note maximale de 20/20 sur JeuxVideos.Com . Et comment dire, il la mérite de beaucoup !

2004-2005 nous a apportés sur nos rayons « The legend of Zelda : Four Swords Aventure » sur GameCube. Par contre, le jeu n’était pas destiné à se jouer seul (Malgré que ça soit possible.). En connectant 4 GameBoy Advance à la console, la possibilité était offerte aux joueurs de jouer l’aventure à quatre ! Bien pour certains, pour ma part, Zelda est un jeu qui se joue seul, j’ai donc passé outre cet épisode dans ma collection de jeux, mais je pense me le procurer un jour, peut-être, juste pour le fun.

A partir de là, la nouvelle génération de console arriva, et nous commencions à entendre parler de la Wii. Et puis, petit à petit, la line-up de la console était dévoilée, et « Twilight Princess » sortit sur Gamecube et Wii (La version Wii étant une version « miroir » de la version NGC). J’ai eu les deux versions l’une après l’autre, le seul point qui m’a déçu, c’est, comme pour Majora’s Mask, jouer Link sans jouer Link. Les phases de Crepuscule où l’on se voit attribuer l’apparence d’un loup, sont certes, sympathiques, mais n’ont pas rencontré un succès dans ma tête. Malgré tout, Twilight Princess est un jeu magique, d’un niveau graphique époustouflant pour la Wii, qui restera longtemps gravé dans le coeur des fans. De plus, malgré que l’objectif d’immersion décrit par la version Wii n’est pas totalement rempli, ça reste extrêmement jouissif de manier une épée avec la Wiimote !

Vu que l’article s’éternise, je vais mettre « dans le même sac » deux jeux, respectivement sortis en 2007 et 2009, j’ai nommé « Phantom Hourglass » et « Spirit Tracks« . Les deux jeux sont graphiquement typés « cell-shading » et reprennent les caractéristiques physiques de Link dans « The Wind Waker« . Les deux jeux sont disponibles sur la Nintendo DS et le gameplay est parfaitement adapté à l’utilisation du stylet, ce qui offre une nouvelle manière de contrôler Link plutôt réussie.

Le dernier opus que je présenterai dans cet article, c’est bien évidemment « Skyward Sword« . Celui que je n’ai toujours pas, je sais pas trop comment en parler, puisque je me force depuis son annonce à ne regarder aucun gameplay dessus pour m’assurer une découverte entière, je vous laisse donc vous procurer cet épisode qui j’en suis sûr, saura vous faire passer de très nombreuses heures sur votre canapé à vous trémousser manette en main pour incarner notre héros favori.

Pour finir, il faut préciser que cette année fête les 25 ans de la sortie du tout premier Zelda. Donc en cet honneur, remercions Shigeru Miyamoto, de nous avoir offert ce personnage. Vivre les aventures de Link fût pour moi d’une magie incomparable et je n’ai encore jamais ressenti la même sensation de bonheur en jouant a un autre jeu d’aventure autre que de la série des Zelda, donc pour tout ça, et pour tout ce qui arrivera, merci Mr Miyamoto, et que la Triforce veille sur vous (Et qu’elle veille sur mes lecteurs aussi, tant qu’à faire ! :D)

Je vous invite à partager cet article sur vos réseaux sociaux, pour ma part, vous pouvez me suivre sur Twitter (@gunxblast), c’est le meilleur moyen de savoir en avance de quoi parleront mes prochains articles, et de connaître mon opinion face a tel ou tel évènement dans le monde du jeu vidéo qui aura perturber mon oeil !

 

Article en partenariat avec http://flubox.fr/ . Vous pourrez retrouver cet article sur Flubox’s Blog ! Merci à lui !

Écrit par  Yaniss GunxBlast

9 thoughts on “L’évolution de Link (Et de la série) à travers les épisodes de la saga.

  1. Ocarina of Time 3DS est simplement un portage de la version N64 sur 3DS, et pour ma part, je n’ai pas la 3DS, donc je ne pourrai pas dire ce que j’en pense sur cette console, je te laisse donc t’informer sur des sites plus spécialisés que le mien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *