[Test/Avis] L.A. Noire , un thriller interactif

On en a entendu parler pendant longtemps, L.A. Noire est sûrement le jeu de Rockstar qui a suscité le plus d’interrogations sur le devenir de ce jeu. Il est vrai que quand on dit Rockstar, le premier jeu qui sort des bouches est plutôt GTA, ou Max Payne et Red Dead Redemption. Ces trois licences, quelques peu similaires, n’ont en effet absolument rien à voir avec cette nouvelle licence qu’est L.A. Noire.

Bon, même si je ne consacre pas énormément de temps à la console, j’étais quand même parti dans l’idée de lever le voile sur cette nouvelle licence, et donc en découvrir les particularités. C’est ainsi que j’ai fait l’acquisition de la version intégrale (4 DVD, contenant tout les DLC sortis) du jeu, pour 25€ neuf, je ne remercierai jamais assez l’import UK.

 

L.A. Noire
L.A. Noire

Pour commencer, il faut savoir que le jeu est sensé nous occuper pour environ 25h, histoire de finir la trame principale, ajoutez 5-10h pour résoudre les délits, découvrir des monuments, conduire des véhicules carrément classes, etc. Pour ma part, je me suis arrêté à la fin du deuxième DVD, j’expliquerai ce qui m’a fait arrêté plus tard.

 

Donc, revenons à notre curiosité, L.A. Noire vous plongera dans une ambiance après-guerre (La seconde WW). On incarne un certain Cole Phelps, simple agent dans le commissariat de Los Angeles. Votre premier objectif sera de vous rendre sur une scène de crime, en tant qu’agent, pour éloigner les badauds et ainsi permettre aux enquêteurs de faire leur boulot. Sauf que, bien évidemment, une fois sur place, notre protagoniste se verra monter une envie de résoudre des affaires. C’est ainsi que débute la carrière de notre détective Phelps. Voilà pour le synopsis.

 

Enchaînons sur les graphismes, à l’image de GTA IV, le rendu final est impeccable. 95 voitures d’antan ont été modélisées, et c’est juste un plaisir de rouler à bord d’une Lincoln, de Ford où d’autres voitures de cette génération. Tout les personnages bénéficient d’un design de cette époque. De la coiffure aux vêtements en passant par le maquillage, rien n’a été laissé au hasard, on est complètement immergé dans l’ambiance des années 50. Je reviendrai sur les graphismes dans la partie gameplay, car ces deux là sont intimement liés.

 

Donc le gameplay, concrètement, vous êtes un enquêteur, amené à enquêter sur diverses scènes de crime. Vous aurez quatre paliers à franchir, le premier vous chargera de réduire les crimes mettant en scène des voitures, vous serez donc Cole Phelps, chargé de la Circulation. Et c’est génial, je me souviens plus du nom de la deuxième. Le troisième palier vous place dans la brigade des moeurs, et la dernière vous fera résoudre des enquêtes typiques de la Criminelle. Concrètement, chaque palier correspond à une promotion, et pour l’édition intégrale sur x360, un DVD = un palier.

Mais, comment résoudre une enquête ? Première étape : la scène de crime. Après un rapide briefing du directeur, on prend le volant et l’on se rend sur les lieux. Ici, pas de GPS, il faudra demander à votre coéquipier si la direction que vous prenez est la bonne entre deux répliques en VOST. Si vous avez la flemme de conduire, pas de soucis, indiquez à votre partenaire où se rendre et celui-ci vous y emmènera. Deuxième étape : la recherche d’indices. Etape la plus intéressante, c’est la qu’il va falloir commencer à être très minutieux dans vos recherches; Outre les quelques indices déjà marquées, il va falloir étoffer votre carnet en vue d’un futur interrogatoire, entre fouiller des magasins, une maison à étage avec jardin, c’est une des étapes qui prendra sûrement le plus de temps. La fouille est vraiment très prenante, après avoir agrippé un objet, i vous faudra l’inspecter sous toutes les coutures afin d’y déceler n’importe quelle complément pour l’enquête; Entre la marque d’un couteau, un prénom tissé sur un t shirt, il va falloir que vous soyez très attentif. Vient après le temps d’interroger les éventuels témoins, et c’est là que nous devons revenir aux graphismes. La Team Bondi a énormément travaillé l’interaction faciale, ainsi, vous devrez trouver la bonne approche et poser les bonnes questions à vos interlocuteurs. Une fois que ceux-ci auront répondu,en regardant attentivement l’expression faciale de la personne interrogée, vous devrez décider si la personne en face a dit la vérité ou a menti. Si celle-ci a menti, vous devrez mettre en relation un de vos indices trouvés pour démonter les paroles de l’interrogé. Mais attention à ne pas crier au mensonge à tout va, si jamais vous visez à côté, le monsieur ou la madame d’en face ne vous loupera pas et aura bien vite fait de mettre fin à votre séance de questions. Dans le doute, il vous est quand même permis d’envisager que la personne cache quelque chose, histoire de grappiller quelques indices supplémentaires.

 

Grâce aux réponses obtenus lors de cette première étape d’investigation, vous “débloquerez” de nouveaux lieux à investir, rencontrerez de nouveaux personnages à interroger, des appartements à fouiller en quête de l’indice qui lèvera le mystère et vous permettra d’incarcérer la bonne personne. Entre ces différentes étapes, vous serez parfois confronté à quelques scènes d’actions telles que des courses poursuites en voiture ou à pied, des prises d’otage où des braquages. Ces scènes sont principalement la pour rompre la monotonie des enquêtes, parce que oui, disons le, c’est sacrément chiant à force. J’ai déjà du mal à boucler FF XIII-2 parce que j’ai l’impression de toujours faire la même chose, mais pour L.A. Noire, c’est encore pire. Voilà pourquoi j’ai abandonné après le CD 2. J’y reviendrai peut-être un jour, qui sait…

 

Bon, en gros, si vous êtes courageux, n’hésitez pas, à raison d’une enquête par jour, y’a moyen de boucler le jeu en un mois o/. Pour ma part, je ne prendrais pas cette peine, trop de jeux à commencer à côté… Pour le côté ambiance années 50, les voitures d’exception de l’époque, la modélisation parfaite d’une Los Angeles en plein essor économique, le gameplay complètement novateur, L.A. Noire reste un très bon jeu qui a su faire parler de lui et attirer les curieux. Si vous le trouvez à peu cher et que vous avez envie de changer un peu de gameplay et de jouer à du jamais-vu, n’hésitez pas, c’est vraiment sympa à découvrir.

 

Pour mes prochains tests, n’hésitez pas à me suivre sur Twitter pour être au courant de leur parution, où simplement interagir avec moi et en apprendre plus. Et pour compléter ma présence sur les réseaux sociaux, le blog dispose de sa propre page Facebook, n’hésitez pas à aimer, j’y lance des débats au moins une fois par semaine 🙂 !

 

Lien Twitter

Lien FB

Écrit par  Yaniss GunxBlast

Auteur de l’article : Yaniss GunxBlast

Blogueur indépendant.

3 commentaires sur “[Test/Avis] L.A. Noire , un thriller interactif

    baudalex

    (26 août 2012 - 17:36)

    Très bon test en tout cas mon grand comme d’hab 😉

    Par contre juste un petit bémol : paragraphe ” Gameplay ” tu as 2 fautes de frappes 😉

    GunxBlast

    (26 août 2012 - 18:11)

    Merci 😀 !

    Arf, je trouve ça et je corrige, merci du retour, vrai que j’en fais couramment des fautes de frappes ><

    CobbChopper

    (12 septembre 2012 - 19:19)

    Je dois être le seul à l’avoir entièrement finit et ne pas en être dégoûter 😀

    Bref vraiment sympa ton test ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *