[Premières impressions] Différences entre FIFA 14 et FIFA 15 sur PC

Pour les retardataires, sachez que la démo de FIFA 15 est disponible au téléchargement depuis bien une petite semaine. Vu que je me suis laissé acheter FIFA 14 en Août et que j’ai eu le temps de faire bien 150-200 matchs dessus, j’ai trouvé intéressant de constater un peu l’évolution du jeu d’édition en édition.

On se plaint souvent du manque d’innovation entre les épisodes d’une certaine franchise de FPS million-seller, alors c’était encore plus intéressant de se pencher sur le comportement d’une autre franchise qui marche vraiment bien depuis plusieurs années. Alors certes, j’atterris à peine sur la licence (FIFA 2003 sur Gamecube ne compte pas ? :/) et j’ai cru comprendre qu’ils se reposent de plus en plus sur leurs lauriers depuis qu’ils se sont acquis la base de joueurs PES, mais quand même, je trouve qu’il y a vraiment matière à débat entre l’édition 2014 et 2015 de FIFA. Entrons dans le sujet.

 

FIFA 15 Preview

 

Déjà, histoire de replacer les choses dans leur contexte, la version 2014 de FIFA sur PC n’avait pas pu accueillir le “révolutionnaire” moteur Ignite, la faute à, d’après EA, des machines pas assez performantes pour “l’époque” tandis qu’il tournait à la perfection sur PS4/Xbox One, visez l’absurdité, bref. Donc on accueille enfin sur nos machines ce nouveau moteur, qui il est vrai, est plus gourmand que le moteur utilisé sur les précédentes moutures de la licence. Plus gourmand certes, mais pas non plus ultra exigeant. Pour situer, mon i5/GeForce GT 740m 1Go/4Go de RAM fait tourner la démo de FIFA 15 en 720p/High à 30 images par seconde. Quelques ralentissements se ressentent lors des phases de ralentis mais globalement c’est largement jouable, puis il me reste encore le mode Low, qui au passage, n’est pas si “Low” que ça. Par exemple, le Low de l’édition 2014 supprime les spectateurs, lisse le terrain et fait des visages bien dégueulasses. Le Low du 15 est loin de cette déchirure rétinienne. Bon après, on en est qu’à la démo, j’ose espérer qu’ils diversifieront les profils graphiques sélectionnables, histoire que je puisse profiter du jeu en 60 images par seconde, et tant pis si c’est moche.

Mais parlons des vraies nouveautés de ce jeu. Alors okai, c’est très joli, mais une fois la manette en main, c’est comment par rapport au 14 ? A savoir que je comptabilise pas mal de différences. Les départs en sprint se font vraiment plus violents. Ainsi, il est facile de déborder si l’on a qu’un seul joueur sur soi et qu’on arrive à le passer en mettant un coup sur la touche sprint. En revanche, et les joueurs propres apprécieront, il semblerait que la différence de vitesse soit beaucoup moins importante entre deux joueurs que sur l’édition précédente. Pour ceux qui ne sont pas au courant, il faut savoir que le mode en ligne de FIFA 14 souffrait de l’exploitation d’un phénomène super chiant qui était les connards qui montaient une équipe remplie de joueurs ultra-rapides. Un Neymar/Jesus Navas sur chaque aile, s’il avait la balle, c’était 90% de chances de finir sur les 30 derniers mètres tout seul pour centrer tellement la vitesse de ces personnages était exagérée sur les débordements. C’était vraiment impossible à rattraper. Du coup à priori dans FIFA 15, les ailes devraient être beaucoup moins exploitées au profit d’un jeu qui aura tendance à se diriger vers l’axe. En parlant du jeu axial, FIFA 14 avait tendance à regorger d’interceptions faciles et de tacles debout automatiques qui permettait assez facilement à un adversaire “mauvais” de récupérer la balle “sans rien faire”. De ce côté la, cette nouvelle version oblige le joueur à être personnellement impliqué dans chaque duel. Dans le cas contraire, dribbler un personnage se révèle plutôt simple. Cette nouvelle gestion des duels permet donc, comme précisé avant, de rediriger le jeu dans des zones complètement sous-exploitées dans le 14, dont l’axe, qui était beaucoup trop chargé pour espérer y faire quelque chose de constructif avant.

Toujours dans cette esprit d’implication du joueur plus importante, le toucher de balle change pas mal. J’entend par la que, contrairement à l’édition 14 du jeu, on a l’impression, en jeu, que la balle est dissociée du joueur. Ca donne des situations vachement plus réalistes avec par exemple des interceptions quand on pousse le ballon trop loin devant nous en accélérant, des contrôles de balle plus réalistes et un ballon qui colle beaucoup moins aux pieds de nos joueurs. Tout ceci profite à l’immersion et à la sensation de vivre de plus en plus un match avec des comportements qui se rapprochent vraiment des mouvements humains.

 

fifa15highlights

 

Sinon, il faut absolument que je vous parle des ralentis. Ceux-ci sont juste ma-gni-fiques. Les moments-forts ne proviennent plus d’images “in-game” mais sont plutôt dignes de cinématiques tellement ils sont splendides.  C’est dans ces moments la que les brins d’herbe sont visibles, que les visages sont ultra-détaillés et que, merde, franchement c’est genre trop cool. Plus personne ne passera les highlights à la fin des mi-temps/matchs tellement c’est un réel plaisir à visionner. Les animations souffrent encore de quelques rares incohérences mais franchement, en dehors de ça, c’est tout bénèf’ et juste ultra cool. Ah et FIFA 15 intègre aussi la “Goal Line Technology”. J’y ai eu le droit qu’une seule fois pour l’instant. Ca révolutionne que dalle mais c’est toujours un “plus” pour celui qui cherche à se rapprocher d’une retransmission télévisée.

J’enchaîne rapidement sur les commentaires. Lassé des commentaires français, j’en suis resté aux commentateurs de la Barclays Premier League sur cette démo (Martin Tyler et Alan Smith donc). J’en ai donc profité pour apprendre les noms spécifiques (throw pour touche, free kick pour coup franc, tout ça tout ça) et puis je sais pas, je trouve leurs voix moins surjouées que nos commentateurs français. Le fait que ce ne soit pas ma langue maternelle permet aussi d’effacer le sentiment de répétitivité que je ressentais sur FIFA 14 avec les commentaires français.

Allez, je vais finir sur quelques mots pour l’interface. Sombre dans les tons noirs, je la trouve beaucoup plus agréable à parcourir que le blanc bien défonce-œil de l’édition 2014. Après, le fait est que la démo ne permet pas vraiment de se balader dans les menus, mais globalement, l’interface en match, les dispositifs et les remplacements sont moins chiants à faire sur la version 2015. Reste à voir ce que sera devenue la boutique des transferts et tout ces outils…

 

Mais au final, je ne pense pas acheter FIFA 15 à sa sortie. Pourquoi ? C’est tout simple, trop d’enfoirés qui spamment LB+Y (aka passe lobée) du milieu de terrain avec le Real Madrid et qui marque juste derrière ou les équipes sur Ultimate Team full vitesse qui sont impossibles à arrêter. Je vais attendre deux trois mois, histoire d’avoir les premiers retours de la communauté. S’il n’y a pas de commandes abusées sur-exploitées comme la passe lobée, alors j’envisagerai d’acheter cette mouture. Dans le cas contraire, cette édition sera sans moi (Ou à 10€ pour jouer aec les potes comme pour le 14 :O).

 

 

Bref c’est “tout” pour cet article. Néanmoins, ne vous contentez pas d’un simple avis écrit. La démo est gratuite, profitez en pour vous faire votre propre avis. Sur ce, je vous dis à bientôt pour un nouvel article, qui sera probablement le test de Velocity 2X que je viens tout juste de boucler (Le jeu hein, pas le platine. Pour ça, on verra dans une vie ultérieure.). Allez, peace kiss bye thx ciao.

Auteur de l’article : Yaniss GunxBlast

Blogueur indépendant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *