[Test/Avis] Spelunky, je te hais

 

Aaah Spelunky. Après une semaine et quelques jours dans ma besace, l’heure est au compte-rendu. Fondamentalement, je ne doute pas que tu sois un mauvais jeu. L’engouement que tu as suscité dans la sphère des joueurs de jeux indépendants m’a convaincu de te donner une chance. Alors d’accord, tu t’es réservé dans un premier temps à la soit-disant élite du jeux vidéo et leurs satanés monstres de performances, mais je ne t’en veux pas. En effet, tu as eu la bonté de nous permettre à nous, consoleux, de poser nos mimines sur ton contenu dématérialisé. Un jour, promis, je reviendrai sur le format de distribution si prisé de ces chers développeurs libres, mais pas aujourd’hui.

 

Spelunky Title Screen

 

Bref, revenons sur l’oeuvre de mossmouth. Je l’avoue, j’ai été faible durant ces soldes de Février. Après une grosse dose de violence gratuite dans Hotline Miami et un périple marquant au sein de la saison un du jeu The Walking Dead, j’ai décidé de faire confiance aux captures d’écrans colorés et enfantines que me présentait le PS Store. Grand mal m’en a pris.

Après le retrait virtuel ,d’argent tout à fait réel, des 6€ que coûte ce titre, j’étais loin de me douter que cet achat allait bouleverser ma définition du jeu rageant. Affichant clairement un parti pris artistique proche du mignon, le jeu m’invite illico presto à apprendre les ficelles du métier d’explorateur. Après une petite séance d’apprentissage au maniement du fouet et à la grimpette improvisée, on enfile enfin notre beau costume d’explorateur clairement inspiré de la tenue d’Indiana Jones et nous sommes enfin prêts à nous engouffrer dans les méandres obscurs de cette grotte si mystérieuse.

 

Let's go !
Let’s go !

 

Commence alors la décadence de la vision enchanteresse que le jeu avait réussi à bâtir au long des screenshots visionnés et de ces quelques minutes de tutoriaux. Découpé en 4 mondes comportant chacun 4 niveaux, le but du jeu est de se frayer un chemin jusqu’à la porte menant au niveau suivant. Mais le suivi du sentier ne sera pas chose aisée, pas chose aisée du tout même. Spelunky est fourbe, très fourbe. Spelunky est rageant, très rageant. Quoi de plus rageant que de tomber d’un peu trop haut, immobilisant ainsi notre personnage pendant un temps qui suffira à un piège de se déclencher et d’approcher doucement ses piques acérés contre la peau fragile et déjà amochée de notre protagoniste ? Quid de ces enchaînements de circonstances et de tes rebonds complètements aléatoires qui nous forceront à simplement regarder notre explorateur enchaîner les coups de boomerangs pour se faire ensuite nonchalamment piller par des singes enragés qui auront le malheur d’activer une de nos bombes qui nous propulsera ensuite au fond d’un lac peuplé de piranhas ? Je préfère vous prévenir amis joueurs, ce jeu n’est pas à mettre entre toutes les mains, et certainement pas dans celles de vos enfants. La phrase « Les jeux vidéo rendent violent » n’a jamais été aussi crédible qu’après avoir passé 30 minutes sur ce jeu. Mais bon, comme je suis un guerrier, un combattant, un vaillant joueur ne se laissant pas abattre, j’ai forcé et cherché à maîtriser les arcanes les plus profondes de ce jeu dans le but de conquérir cette mine et de rentrer à la maison fier de cette mission. A l’heure actuelle, j’ai du m’habitué à une hitbox complètement pétée. Ainsi, en tournant le dos à une chauve souris, sachez qu’un coup de fouet permet quand même d’atteindre votre cible située derrière vous. Prenez garde les amis, ce n’est pas la première aberration que vous observerez lors de vos sessions.

 

Ca va les pieds ? Pas trop mal ?
Ca va les pieds ? Pas trop mal ?

 

Néanmoins, une fois ces particularités assimilées, le jeu commence à être supportable. On avance ainsi entre les mondes, enchaînant les morts et priant pour passer les niveaux sans encombres. Seulement 4 points de vies nous rattachent à ce monde, et même si le baiser d’une princesse récupérée au détour d’un chemin nous gratifie d’un cœur supplémentaire, préparez-vous à mourir très souvent.

 

Si près du but ...
Si près du but …

 

Cependant, Spelunky reste très intéressant. Sachez ainsi que chaque niveau est généré aléatoirement. On usera donc nos bombes pour casser des murs ou nos cordes pour remonter après être tombé un peu trop bas sans possibilité de sortie, toujours dans l’ultime but de passer au niveau supérieur ou d’engranger un maximum d’or. L’or, cette ressource à l’origine de nos expéditions et disponible en profusion dans les niveaux nous permettra ensuite d’acheter du matériel d’exploration. A nous les chaussures crampons, parachute, boussoles et consorts. On pourra aussi récupérer des armes, comme le boomerang d’indigènes se baladant tranquillement ou des canons d’immobilité présents dans le monde des glaces. Malgré ces deux armes au potentiel certain, le Graal de l’explorateur est certainement le fusil de chasse dont l’obtention requiert une énorme somme d’argent ou le vol de celui d’un des marchands. Mais attention à ne pas trop contrarier ce monsieur, on ne sait jamais de quelle manière il pourrait se venger…

 

On oublierait presque notre mort imminente.
On oublierait presque notre mort imminente.

 

Bref, en dehors de ces grotesques erreurs et quelques bugs de game-design, Spelunky a le mérite d’offrir un challenge pas totalement insurmontable. Pour ma part, je continue désespérément d’essayer  de piquer un fusil au marchand de fournitures avant d’atterrir dans le monde des glaces qui est vraiment hardcore de ce que j’ai eu l’occasion de faire depuis. La question est : Finirai-je un jour ce jeu ? Promis, je vous tiens au courant. L’épopée de GunxBlast à la recherche du Temple Perdu n’en est qu’à la moitié; La suite dans un prochain épisode.

PS : J’ai soufflé ma 19 ème bougie le 17 Février et on approche des 2 ans et demi de ma vie de blogueur. J’en profite donc pour vous remercier d’être toujours de plus en plus nombreux à parcourir mon blog et à me lire. Cette passion pour l’écriture et le jeux vidéo n’est que plus gratifiante quand on se sait lu, alors merci à vous, merci mille fois. Que l’aventure continue …

Écrit par  Yaniss GunxBlast

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *